Author Topic: doudoune north face femme pas cher lui  (Read 75 times)

0 Members and 0 Guests are viewing this topic.

Offline sxkuqyhk

  • Bronze
  • *
  • Posts: 2
  • Reputation +0/-0
  • I'm New!
    • View Profile
doudoune north face femme pas cher lui
« on: December 05, 2013, 01:02:07 pm »
e rare aujourd'hui.Le _Cygne du Roi_ s'étalait audessus d'une large porte par laquellepouvaient passer deux charrettes de front. Elle contenait, cettehôtellerie légendaire, de véritables dortoirs et des écuries spacieuses,bien que vulgaires. Les métayers couchaient tous ensemble dans lesdortoirs, les valets de ferme couchaient tous ensemble dans les écuries.Moyennant la somme d'un franc cinquante centimes, on avait, pour un, lesouper et le coucher. Quand on était deux, le prix se soldait avec unepièce de cinquante sous.C'était là que les deux cents hommes de M. Charette et du marquis deKardigân avaient pris rendezvous. Le patron du _Cygne du Roi_,véritable hercule et ancien Vendéen, était du complot et leur avaitpromis une hospitalité que ne soupçonneraient jamais les espions de lapolice.À neuf heures du matin, JeanNuPieds et ses hommes arrivèrent; à onze,M. de Charette et les siens faisaient leur entrée. Il s'agissait depasser la journée sans que l'oisiveté de ces prétendus paysans donnâtl'éveil.L'aubergiste, Poulardet, les employait aux mille besognes trèsvisibles,qui font dire aux spectateurs:Oh! oh! voilà de solides gaillards. Onarriva ainsi jusqu'à cinq heures de l'aprèsmidi. À ce moment M. deCharette ramena le marquis de Kardigân dans une salle basse. Ilsdevaient conférer sur le moyen de faire avoir à leurs soldats les fusilscachés dans la ville.Là, au reste, n'était pas la seule difficulté. La tentative qui,primitivement, ne devait avoir lieu que le lendemain, ayant été avancéed'un jour, il fallait prévenir le gardien de ces armes.Rien de plus facile, dit JeanNuPieds. Je vais aller le trouver, ilme connaît.Si nous envoyions Poulardet? observa M. de Charette. On le connaît àNantes. On trouvera tout naturel...M. de Charette sentait que JeanNuPieds pouvait courir des dangers ensortant; et si, lui, était toujours prêt à s'exposer à un périlpersonnel, il trouvait inutile d'y exposer M. de Kardigân. Mais celuicitenait à son idée et n'était pas facile à convaincre.Non, non, ditil, il vaut mieux que ce soit moi qui aille làbas;demain, notre ami nous aurait attendu; aujourd'hui, il sera surpris, ilfaut que je puisse l'aider à tout préparer.Quant à Poulardet, il nous sera bien plus utile ici que dans unemission. Qui mieux que lui pourrait répondre à un agent de la policesecrète si par hasard il s'en présentait un?Soit, reprit M. de Charette. Alors j'irai moimême.Non, mon cher baron, voici qui est encore plus impossible.Impossible? Pourquoi?Parce que vous êtes le chef.Et alors? cette raison ne vous empêche pas de vouloir partircependant.Moi, je suis dans une position différente. Vous êtes le général enchef; moi je suis votre second... Rappelezvous ce que vous disiez àMadame, quand à Vieillevigne elle s'opposait à ce que vous lasauvassiez; si Maurice de Saxe avait voulu faire comme M. de Lowendall,la bataille de Fontenoy eût été perdue!Soit... allez!JeanNuPieds serra la main de M. de Charette.Il est maintenant cinq heures et demie, ditil; à sept heures etdemie, je serai de retour.Avant de partir, le marquis alla trouver Aubin.Je te défends de bouger d'ici, lui ordonnatil.Aubin se tut. Jean crut que l'ordre donné par lui suffisait. Il embrassases deux amis, et sortit sans s'apercevoir que le fidèle Breton nouaitsa ceinture autour de sa taille, précaution qu'il prenait toujours avantde commencer une expédition. En effet, il n'y avait pas trois minutesque M. de Kardigân était sorti, qu'Aubin Ploguen sortait à son tour.Les chouans savaient que l'heure approchait.Jean avait été préparer les armes qu'ils devaient recevoir. L'heurepassait trop lente à leur gré. Combien de minutes les séparaient encorede l'instant décisif!Cependant, six heures et demie, sept heures et demie sonnèrent, etJeanNuPieds ne revenait pas. Aubin Ploguen ne paraissait égalementpoint. À neuf heures, M. de Charette commença à s'inquiéter. À neufheures et demie, le signal convenu retentit à la porte de la rue.C'est lui, sans doute, pensa le chef vendéen.Ce n'éta
相关的主题文章:
 
 
   doudounenorthfacedoudounenort
 
   doudoune longue homme pas che
 
   sac soldes  suivant la distan

Share on Facebook Share on Twitter